Tous deux sont fascinés par le changement. Mariés depuis 17 ans, Alexandre s’est laissé prendre au
jeu de l’entrevue par sa blonde (Entrevue du coup un peu particulière !). Cette entrevue sera donc
un moment de vérité… je vous le garantis !


Alexandre Jardin a une main d’écrivain et une main de citoyen. Laura Massis est journaliste,
entrepreneure, conférencière. L’entrevue est sa passion.



Qu’évoque le mot changement pour toi ?

Le changement c’est avant tout une joie, une émotion. Pour moi, la joie est le baromètre de tout. Quand je change ou que j’assiste au spectacle magnifique de quelqu’un qui change, la joie est toujours là. Je dis bien la joie, pas la gaieté son sous-produit. La joie est quelque chose de plus grave.

 

Grave… quel drôle de mot pour la joie ?

Le changement… cela engage, ce n’est pas léger. C’est un plaisir très particulier.

 

Quels ont été les grands moments de changement dans ta vie ?

Je ne parlerai pas de moments. Il n’y a pas eu de « moments clés » mais une accélération du nombre de changements dans ma vie. J’ai remis en question de plus en plus de choses et appris de plus en plus de choses en ouvrant de plus en plus de portes. Pour moi un changement est une naissance, pas un blocage.

La mort de mon père, par exemple, à l’âge de 15 ans ne m’a pas « fait changer », cela m’a calcifié, m’a mis le cœur au frigo. Jeune adulte, mes changements portaient sur un point particulier. Aujourd’hui, c’est ma manière de changer qui change : je vis cela avec beaucoup de gens très très différents qui m’initient à leur manière toujours particulière de changer.

 

Depuis 3 ans, en parallèle à ta vie d’écrivain, tu as créé un mouvement citoyen : « Bleu, blanc, zèbre » qui a déjà commencé à changer la société. Comment ce changement s’opère t-il ?

Bleu, blanc, zèbre rassemble 250 actions (associations, entreprises, élus locaux, fonctionnaires) qui guérissent l’ensemble des fractures de mon pays : économiques, sociales, échecs scolaires, etc… dont une qui est présente au Québec, le programme « Lire et faire lire » qui fait venir les aînés dans les écoles maternelles et primaires pour transmettre le plaisir de la lecture. Nous parions sur le lien entre les générations – autour du livre – pour vacciner les enfants contre l’échec scolaire. Ces acteurs du changement raisonnent TOUS en dehors du cadre, là où les voies classiques ont échouées. Ils ont tous une aptitude à faire changer la société en ayant eux-mêmes modifié leur façon de raisonner. Ils sont le changement.

 

Que t’ont appris tes zèbres ?

Que ce que tu appelles « les héros de leur vie » n’ont pas des têtes de héros avec des capes ! Une mamie branlante a installé « Lire et faire lire » dans… 300 écoles à Paris ! Cette femme a plus fait pour changer le destin de dizaines de milliers d’enfants que n’importe quelle loi. Il n’y pas d’âge et pas de conditions préalables pour devenir le héros de sa vie. Aucune cape n’est requise.

 

Crois-tu que la société est prête pour changer ?

Elle est déjà en train de changer, à l’insu des institutions. L’autre pays est déjà né. Il n’est simplement pas visible sur les écrans radars de nos grands médias, et encore moins dans notre vie politique.

 

Mais un changement ne s’opère pas en un éclair. Il faut du temps pour changer les comportements, non ?

Je ne crois pas. Ce qui prend du temps, c’est la maturation préalable. Mais quand le train du changement se met en route, rien ne l’arrête plus. Au XIIIe siècle, rien ou presque n’a changé pendant 50 ans, malgré les Lumières et soudain… en 1789 tout change ! On entre dans une accélération phénoménale du changement. Ce sont les processus d’accélération du changement qui m’intéressent.

 

2017 – 1789 ! Il y a un rapport ?

Il y aura une accélération du changement soit parce qu’il aura lieu, soit parce qu’en le retenant… une situation explosive se mettra en place en France.

 

Revenons maintenant sur ta vie d’écrivain, dans tes livres, le thème du changement a toujours eu une place particulière ?

Tous mes personnages refusent une fatalité… depuis que j’ai commencé à écrire à l’âge de 20 ans. Ce thème est présent dans mes romans, comme dans mes essais. Il s’agit toujours d’élargir ce que est possible, de se décalcifier, d’essayer de vivre.

 

Tu as changé de façon d’écrire ?

J’ai cessé de me protéger. Un livre comme « des gens très bien » a été un virage… sans retour.

 

Qui est ton plus bel exemple de changement ?

Toi !

 

Merci… et ?

Le 18 juin 1940, De Gaulle, ce militaire élevé dans le respect de la tradition et de la hiérarchie, ne devait pas être l’homme qui allait dire NON à son État… collaborateur avec le nazisme. Il est le seul gradé de l’armée à avoir osé cela, à avoir désobéi… à avoir changé. René Lévesque a peut être raté son référendum mais il a réussi à donner confiance en eux-mêmes aux québécois. Ce qui est encore plus grand ! Son oeuvre de changement est là, et c’est un triomphe… qu’il n’a peut-être pas vu.

 

Quels conseils donnerais-tu aux lecteurs qui souhaitent changer mais qui n’osent pas ?

Juste leur dire qu’il est… dangereux de ne pas changer, de mener une vie rassurante et de rassurer son entourage. L’inertie est le pire de tous les risques. Oser changer est un minimum pour rester en vie.

 

Mais que faire de la peur ? Où la mets-tu ?

Je lui tord le cou dans mes romans, ça me donne du courage !

 

Et dans la vraie vie ?

Je dérange abondamment ma famille. Je ne crois pas que l’on soit venu sur Terre pour rassurer les êtres que l’on aime…

 

Oui, je confirme ! Mais j’insiste, comment gères-tu cette peur dans ton quotidien ?

J’ai tellement peur de ne pas vivre, que la vie n’est pas lieu que… j’ose, sans doute trop!

 

Mon Dieu, comme ça doit être fatiguant d’être toi.

Non changer souvent donne une énergie illimitée, ça gonfle les voiles et met en contact avec les êtres qui ont du souffle !

 

Qu’est-ce qui a inspiré ta foi dans le changement ?

J’ai lu des milliers de biographies depuis l’âge de 13 ans, tous ces gens faussement morts prouvent que tout est possible. Absolument tout a été tenté depuis que les homme croient en leurs rêves. Ce qui veut dire que le pire peut arriver… mais aussi le meilleur ! L’Histoire ne peut pas s’arrêter. Elle va rebondir. À nous de faire en sorte que ce soit dans le bon sens.

 

Ta plus belle citation sur le changement ?

Indéniablement la phrase de Gandhi :

« Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde. »

 

Allons-y pour le questionnaire de Proust revisité…

Si le changement était une date ?
Le 1er janvier, on se souhaite tous plein de choses.

Si le changement était un pays ?
L’île des gauchers, une société utopique que j’ai créée il y a des années dans un roman.

Si le changement était une couleur ?
Blanc, comme le drapeau blanc.

Si le changement était un lieu ?
Un hôtel pour couples mariés !

Un plaisir qui fait changer ?
Quand on essaye des vêtements qu’on n’a pas l’habitude de porter ! Changer d’apparence, de personnage, changer un peu l’intérieur. À essayer…

Un moment qui fait changer d’avis ?
Quand vos enfants ont tous raison contre vous !

Si le changement était un peintre ?
Picasso, cet énergumène n’a pas cessé de naître !

Si le changement était un objet ?
Un livre !

Si le changement était un livre ?
« Un thérapeute hors du commun : Milton H.Erikson », par Jay Haley.

Si le changement était un film ?
« NO », de Pablo Larrain : le changement par la joie, lors du référendum qui a fini par virer Pinochet !

Si le changement était un mot ?
JOIE !


Laura Massis
Journaliste, conférencière, productrice
d’événements en développement personnel
http://www.lauramassis.com/

Inscription au programme 4 clés de François Lemay

Laura Massis

Laura Massis

Journaliste depuis 20 ans, Laura Massis a travaillé pour France 5, TF1 et France 3. Elle a interviewé en direct des centaines de des personnalités.Elle a été responsable de la présentation des JT - 12-13 et le 19-20 - pour France 3 de 2005 à 2012. Elle a animé des émissions d'actualité « Grand Paris Reportage », des émissions spéciales en direct, mais aussi des magazines de société, « La voix est libre » émission dédiée à l'information et l'échange avec des artistes, des médecins, des humanistes, des chefs d’entreprises. L'interview est sa passion. Elle se consacre aujourd'hui à la production d' événements liés au développement personnel.
Laura Massis

Les derniers articles par Laura Massis (tout voir)

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.