J’irai droit au but. Le pardon est un sujet qui me passionne et m’interpelle parce que j’ai moi-même détesté une personne au point de vouloir la détruire. La toute spirituelle Marie-Josée animée d’un tel désir ? Oui et il m’a fallu 7 ans pour lui pardonner. Au cours de cette période, j’ai puisé de précieux enseignements sur le pardon et je me permets de vous en partager quelques-uns.

POURQUOI ACCORDER LE PARDON ?

  1. La haine ne détruit que soi-même. Il faut avoir détesté avec nos tripes pour savoir que les sentiments haineux peuvent avoir notre peau. Très souvent, l’autre n’en est même pas atteint et nous demeurons seul, prisonnier d’une rage qui semble indomptable. Pour se libérer, un effort de volonté et de conscience est requis. Dès que la haine monte, demandons-nous : ai-je vraiment envie de la laisser me dominer et me détruire ?

 

  1. S’avouer que nous sommes tous capables du meilleur comme du pire. Le plus difficile lorsque nous en voulons à quelqu’un, c’est d’accepter la laideur de nos sentiments. Nous voulons toujours bien paraître à nos yeux. Tant qu’on ne veut pas s’avouer notre propre colère, on lui donne de la force. Peu importe les scénarios de vengeance qui jaillissent en vous, ne soyez pas surpris, acceptez-les en toute humilité et essayez d’en rire !

 

  1. Lorsque nous sommes obsédés par les gestes ou les paroles qui nous ont blessé, une question s’impose : « Est-ce que cette personne avait réellement l’intention de me faire du mal ? Est-ce qu’elle s’est levée ce matin-là avec l’objectif de me briser ? ». Très souvent, la réponse est non… Ce qui permet de dissocier la personne de ses actes et de la voir, elle-même, comme un être souffrant qui blesse les autres à son tour. Sans excuser ses gestes et ses paroles, il devient plus facile de lui pardonner.

 

  1. L’indifférence ne signifie pas que nous avons pardonné. Le livre Un cours en miracles dit que le véritable pardon consiste à rétablir l’autre dans l’unité. Il n’est pas toujours pensable de reprendre contact avec notre offenseur pour de multiples raisons. Mais il faudra, au plus intime de notre cœur, cesser de l’exclure et lui redonner sa dignité humaine.

 

  1. Pardonner est une grâce. Nous pouvons déployer bien des efforts et faire appel à notre raison, cela ne garantit pas la capacité à pardonner. Toutefois, à force de le désirer, le miracle se manifeste. C’est ainsi qu’un beau jour, sans pouvoir l’expliquer, le pardon se fait en nous comme déclic qui vient d’on ne sait où.

 

À la lumière de cet article, vous vous sentez prêt à accorder un pardon ? Foncez sans attentes. Proposez une rencontre, textez un mot doux ou envoyez des fleurs à la personne. Si elle ne veut rien entendre, parlez-lui dans le secret de votre cœur, exprimez vos regrets et votre désir de réconciliation.

Peu importe l’issue de vos démarches, je vous promets que vous retrouverez votre pleine liberté intérieure !

Me suivre:

Marie-Josée Arel

Je suis passionnée de spiritualité depuis mon adolescence et j’en ai fait ma mission. Je souhaite faciliter la quête de sens et nourrir la vie spirituelle des personnes, dans un espace d’échange ouvert et exempt de dogmes. Je désire ainsi offrir des repères pour une spiritualité terre-à-terre et contemporaine, pour une meilleure relation avec soi-même et avec les autres. Je veux toucher le cœur des gens et ouvrir leur conscience à plus grand.
Me suivre:

Les derniers articles par Marie-Josée Arel (tout voir)

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.