Femme de cœur qui veut faire une différence dans notre monde, Chantal Lacroix incarne le changement qu’elle veut voir dans notre société. Productrice, animatrice, conférencière, auteure, femme d’affaires, épouse, maman, elle porte différents chapeaux au travers desquels elle se réalise pleinement et est un modèle pour plusieurs. Une entrevue remplie d’authenticité, de simplicité et de plaisir, bref une belle entrevue à son image.

Voici mon entrevue avec Chantal Lacroix!


Animatrice de télévision sur la chaîne Canal Vie, les quatre émissions de Chantal Lacroix ont toutes un but en commun, contribuer au mieux-être des gens.

«Aider les gens me fait du bien à moi, à ma santé mentale».

Malgré tout, elle a eu son lot d’obstacles qui en aurait découragé plusieurs. Pourtant, elle a continué et elle construit encore ses rêves. Elle n’attend pas que tout soit parfait, elle persévère. Comme elle le dit si bien, elle ne veut pas être une spectatrice de sa vie, elle veut la vivre.

À quoi carbures-tu ?

Il n’y a jamais rien d’acquis, le succès, l’amour, l’amitié. Je carbure aux « challenges », sortir de ma zone de confort. J’ai une vie pour m’améliorer, avoir des projets, faut avoir des rêves jusqu’à la dernière seconde de sa vie. Améliorer ma qualité de vie et celle des gens autour de moi et si le cercle s’agrandit autour tant mieux. Quand t’aide, ça te revient. Je carbure à faire une différence et quand tu es vraie, ça fonctionne. Quand je vais faire du bénévolat, je ne veux pas qu’il y ait des caméras car j’y vais pour aider. Je ne veux pas que les gens pensent que je me fais du capital de sympathie.

 

Penses-tu que tu pourrais faire ce que tu fais aujourd’hui si tu avais encore peur du jugement?

Non, sinon t’avances d’un pas et t’en recules de dix. J’ai arrêté de lire et de me préoccuper des jugements, ça m’a pris du temps. Je sais pourquoi je le fais, je suis intègre et les gens autour de moi le savent. Tu peux réussir même si tu as peur du jugement mais tu ne le fais pas à 100 % parce que tu es préoccupé de ce que les gens vont penser. Tu n’es plus dans une démarche sincère. Tu avances à petits pas.

 

As-tu des peurs ?

Tout le temps! Je suis une femme d’action qui aime prendre des risques. Souvent les projets que je mets de l’avant n’ont pas été faits avant, alors je plonge, le cœur et la passion sont là. Le dénominateur commun aux gens qui ont eu du succès, c’est qu’ils étaient des passionnés.

 

Es-tu une personne intuitive ?

Oui beaucoup. Ça m’est arrivé de m’être trompée avec des gens, de leur avoir fait confiance mais il ne faut pas rester méfiant. Ce n’est pas un sentiment le fun à vivre. Même chose quand j’ai vécu des épreuves, je ne me suis pas dit «pourquoi» ça m’est arrivé mais plutôt «comment» pour ne pas que ça arrive à nouveau. Je suis beaucoup dans le comment, dans l’action. Ça ne donne rien de rester dans l’amertume ou donner de l’énergie à quelqu’un de négatif. C’est de l’énergie mal investie. Faut apprendre à faire le ménage autour de nous. Vaut mieux être dans le positif. Si tu entretiens ça, inévitablement ça va te gruger par en dedans. Quand tu comprends ça, ça change tout. Le pire est que les gens le savent tous, mais c’est de l’appliquer.

 

Avec tous tes projets, tu co-crées, tu as des gens autour de toi et avec les épreuves que tu as eues, as-tu déjà eu la pensée de travailler seule ?

Non, on avance plus vite en gang. Mon père était un chef syndicaliste et très vite j’ai compris que l’union fait la force. S’amuser seule, t’as fait le tour vite. C’est tellement le fun de partager. À mon avis, l’être humain n’est pas fait pour être seul. On a besoin de moments pour être seul, mais fondamentalement l’être humain veut aimer et être aimé.

 

Quand tu étais jeune, que voulais-tu faire comme métier ?

J’ai été très vite organisatrice d’événements, de défilés de mode, eu ma ligne de sous-vêtements pour hommes, été directrice artistique de magazine. J’étais beaucoup investigatrice et finalement ce trait de caractère m’a servi plus tard. Je participais à beaucoup de concours. J’étais extrêmement timide, mais le désir de partager un message, d’être actrice, animatrice faisait que je passais par-dessus ma gêne. Encore aujourd’hui, à 50 ans, je préfère un échange intime plutôt que devant la foule. Je le fais quand même et à chaque fois, ça me demande de sortir de ma zone de confort. J’ai toujours quelque chose à apprendre.

 

As-tu déjà rêvé d’être où tu es ou ça s’est fait en cours de route ?

Jeune, je faisais déjà du « donner au suivant ». J’avais 8 ans, j’ai vu un itinérant et dit à mère : c’est de lui dont on parle à l’école et dont il ne faut pas s’approcher. Ma mère m’a expliqué qu’il n’est pas dangereux et que son panier, c’est sa maison. On ne sait pas ce qui l’a amené là et qu’il a peut-être des problèmes en ce moment. Nous sommes allées lui donner de la nourriture. Je voulais donner du bonheur. Jeune, je rêvais d’être populaire pour parler à plein de monde et lancer des idées, de pouvoir rallier du monde. Je me souviens d’être allée à un centre hospitalier. J’ai vu une personnalité publique et tous les enfants étaient après elle pour prendre des photos avec et avoir des autographes. J’ai vu le sourire des enfants malades. J’avais associé qu’être populaire pouvait faire une différence.

 

Quel dénominateur commun l’être humain devrait apprendre ?

Être plus solidaire, concerné comme être humain, c’est comme cela qu’on va améliorer notre monde. Le respect des gens et de sa propre personne, valeur que je prône et que j’enseigne à ma fille. Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas te faire faire. Avoir le réflexe de tendre la main et essayons de renverser la vapeur. Le monde est en train de changer et on est la solution. C’est à nous de passer à l’action. Arrêter de penser que c’est le gouvernement qui doit faire les choses et que personne ne fait rien. Je suis une personne et je peux faire quelque chose, mais toute seule je suis incapable, je dois m’unir et m’associer à des gens.

« Arrêtons de regarder ce qui nous différencie, regardons plutôt ce qui nous UNIT. »

 

Parle-moi de tes beaux projets à venir.

J’ai un rêve fou de pouvoir unir sous le même toit des gens que je trouve inspirants et tu en fais partie. Une journée SOYONS LA SOLUTION, louer le Centre Bell, un grand rêve mais aussi un grand risque. Une journée en quête du bonheur, pour améliorer notre vie. Les conférenciers vont donner des outils et aider les gens qui vont être présents. Être 16 000 personnes à entendre le même discours, être dans la même énergie, une journée que tu ne veux pas manquer ! Moi, chaque fois que je sors d’une conférence, j’ai des idées de fou. Imagine s’il y a 15 conférenciers pour te gonfler à bloc et qui t’inspirent. Imagine ce que ça va faire dans ta vie et autour de toi. Les gens qui vont assister, ils ont envie d’un monde meilleur, d’être heureux, d’avoir une société à leur image. Il va y avoir aussi des gens qui ont besoin d’outils, qui ne voient pas la lumière au bout du tunnel, comme d’autres qui ont envie de faire partie du mouvement, du changement.

LA VIE, c’est d’être en vie.  LA VIE est précieuse et il faut profiter du moment présent.

C’est à moi de faire de ma vie celle que je veux, celle dont je rêve et pour ça, il faut être dans l’action.

 

 

 

François Lemay

Auteur et enseignant chez Académie Kaizen
Auteur du livre à succès Tout est toujours parfait et Reconnecte avec toi, François Lemay à ce don magique de bien vulgariser les principes de la psychologie de la performance et de la pleine conscience. Par ses conférences et formations, il accompagne les gens dans une meilleure compréhension de qui ils sont vraiment. C'est par l'éveil de conscience qu'il permet au gens de développer une meilleure maîtrise de soi et d'enfin activer leur véritable potentiel.

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Showing 6 comments
  • Nathalie
    Répondre

    Bonjour, si un jour Chantal Lacroix met de l’avant son beau projet “Soyons la Solution” au centre Bell, je serai la première a acheté un billet. Quelle belle idée!!!

    • Francois Lemay
      Répondre

      Ah mais c’est déjà fait ! Surveille son réseau… Ça ne sera pas au Centre Bell à Montréal mais celui de Laval en octobre 2017.

  • Sara Maltais
    Répondre

    moi cette entrevue me dit que je suis sur la bonne voie et que je peu changer les gens autour de moi merci a vous deux . presqu ‘a tout les jours je me fais dire toi avec ton sourire ta bonne humeur tu change la vie de chacun que tu rencontre et que par mon positif j aide les gens qui me cotoie. alors je crois que je suis la difference. merci a vous deux xxxx

    • François Lemay
      Répondre

      Wow génial.. merci Sara de ta présence 🙂

  • Gabrielle Castonguay
    Répondre

    M. Lemay,
    je vous ai serré la main hier au parc des îles de Boucherville et je suis à la recherche d’un emploi et j’aimerais beaucoup travailler avec vous dans votre équipe. J’ai vraiment un grand talent de communicatrice et je vis un virage 360 degrés dans ma vie présentement. j’aimerais vous faire parvenir mon CV. Merci de votre attention et de toute la belle énergie que vous partager. C’est le cas de le dire vous êtes très inspirant… votre groupie Gabrielle.:-)

    • François Lemay
      Répondre

      Super Gabrielle.. mon équipe est complète en ce moment mais tu peux envoyer ton cv à mon adjointe à info@happyproductions.ca Merci de ta confiance.