Est-ce que vous auriez quitté le groupe ? – 1ère partie (Blogue interactif en deux parties)

L’idée du blogue d’aujourd’hui m’est venue suite à la rencontre MeetUp que j’ai organisée le 23 septembre dernier, intitulée « Les Rencontres du Destin ». (Si vous êtes curieux, vous pourrez consulter le lien à la fin de cet article.)

Pour vous mettre en contexte, c’est une activité dont le but est de créer de nouvelles opportunités de rencontres entre personnes ouvertes spirituellement. Des groupes sont formés de façon aléatoire (avec un logiciel) à toutes les 15 minutes.  À chaque rotation, les membres des groupes discutent de thèmes reliés à la spiritualité, rencontrant ainsi plusieurs nouvelles personnes différentes tout au long de la soirée.

 L’observation

C’était la « première » de ce type de rencontre et, comme organisateur, je regardais surtout la soirée se dérouler de l’extérieur. J’observais le plaisir dans les discussions de plusieurs groupes. Et puis, par deux reprises durant la soirée, j’ai remarqué une personne quitter son petit groupe de discussion. Elle se promenait dans le couloir, attendant de toute évidence la fin du quart d’heure et la prochaine rotation.

Puis vint la fin de la soirée. Je dois dire que j’étais touché par le feedback positif et l’énergie qui se dégageait. Il y avait un « high » tangible dans la salle et c’était vraiment bon à sentir. À la toute fin, une personne est venue me voir pour me partager quelque chose. Elle m’a fait part qu’en fait, le fameux « hasard » du logiciel l’avait plus d’une fois, au cours de la soirée, regroupé avec une personne avec qui elle ne connectait pas. Soit l’autre personne parlait beaucoup et monopolisait la discussion ou cette personne ne discutait pas du thème convenu et cela la rendait inconfortable.

J’étais très heureux qu’elle vienne me partager ses impressions car il est bien possible que d’autres aient vécu une situation similaire sans m’en parler.

L’apprentissage

À ce moment, les neurones de mon cerveau m’ont spontanément connecté à un moment d’apprentissage important que j’ai vécu pendant mes études de maîtrise. Ça s’est produit avec ma professeure, Clémence Michaud, une formidable pédagogue qui utilisait des méthodes pour le moins inusitées.

Je me souviens de la première rencontre comme si c’était hier. La professeure et huit étudiants assis à la table et chacun partage son background, pourquoi il ou elle a choisi ce programme de maîtrise. Quatre heures passent à discuter. Puis vient la deuxième rencontre.  Nous nous assoyons et discutons de façon aléatoire de sujets tout à fait décousus. Certains abordent les lectures effectuées alors que d’autres parlent de sujet complètement déconnectés du cours. Cet échange est suivi d’une troisième rencontre similaire, sans direction, sans but. Entre étudiants, pendant les pauses, nous commençons alors à parler « dans le dos » de la professeure, soulignant surtout son manque d’organisation.

« Nous payons pour ce cours et on a l’impression de ne rien apprendre ».

Arrive le quatrième cours où nous osons finalement confronter la professeure : « Qu’est-ce qui fait qu’on n’apprend rien de précis, que l’on ne fait que parler? On ne suit pas le plan de cours, est-ce qu’on ne pourrait pas avoir davantage de structure ? »

« Ah! Finalement! » Nous répond-elle avec le sourire!!

« Finalement vous avez pris votre pouvoir ! Vous vous êtes responsabilisés ! Car voyez-vous, vous êtes responsables de vos apprentissages et si vous n’êtes pas satisfaits, c’est à vous de dire quelque chose, de poser des actions ! »

Quelle belle claque dans le visage j’ai reçue ce jour-là ! Un apprentissage qui est resté gravé en moi depuis ce jour. Lorsque nous sommes en groupe, nous croyons souvent que c’est le leader qui est responsable du succès du groupe alors qu’en fait, chaque membre est responsable. Si nous faisons partie d’un groupe dans lequel nous ne sommes pas satisfaits, c’est notre responsabilité de poser des gestes, de passer à l’action, d’être proactif.

Ce que la personne en question a vécu pendant la soirée (comme plusieurs d’entre nous dans nos vies) est, en fait, une situation commune qui se produit à l’intérieur de tout groupe. Il vient nécessairement un moment où on se retrouve en présence d’une ou plusieurs personnes qui se comportent d’une façon qui nous dérange. À ce moment, nous nous retrouvons face à un dilemme : Est-ce que nous disons quelque chose ? Est-ce que nous prenons notre place ou bien  nous taisons-nous en ruminant silencieusement ? La solution consiste-t-elle à quitter le groupe ?

Je tiens d’ailleurs à préciser que je ne dis pas que quitter le groupe n’est pas une bonne solution. Il existe effectivement des situations où, par respect pour notre propre personne, il est important de nous extraire de certaines situations. Quelles sont ces situations ?

La réflexion

Je vous demande d’imaginer ceci :

Vous participez à une de rencontre du type de notre MeetUp « Les Rencontres du Destin » (voir lien à la fin de l’article). Vous êtes mis en groupe de 4, avec 3 personnes que vous ne connaissez pas et vous recevez une question à discuter ensemble sur le thème de la spiritualité. Puis, voici qu’à l’intérieur de deux groupes, vous rencontrez ces situations :

  1. Dans le premier groupe, une personne monopolise la parole, s’accapare la plupart du temps alloué pour exprimer son point de vue sans poser de questions aux autres du groupe.
  2. Dans le deuxième groupe, une personne ne répond pas à la question proposée dans l’activité mais parle plutôt de choses autres que ce dont vous êtes supposés parler. Une personne qui ne discute pas de la question proposée.

Dans ces deux situations, quelle serait votre réaction spontanée ?

Maintenant, prenez un moment… Si vous étiez la version la plus évoluée de vous-même, la plus sage, que feriez-vous ?  Je vous invite à vous projeter dans ces scénarios comme si vous étiez la meilleure version de vous et à me partager votre façon optimale de gérer ces situations.

  • Resteriez-vous silencieux ou diriez-vous quelque chose ?
    • Si vous choisissez de dire quelque chose, qu’est-ce que vous diriez exactement ? Quelles phrases spécifiques utiliseriez-vous?
  • Est-ce que vous poseriez d’autres types d’actions ?

 

Dans votre réponse, vous pouvez écrire simplement comme dans l’exemple ci-dessous, en complétant :

Situation a) :

Situation b) :

Après 4 ou 5 partages de lecteurs dans la section commentaires (au bas de l’article), je vous partagerai mes propres idées pour les situations a) et b) et… je vous partagerai le reste de mon article.

Je vous propose ainsi un blogue interactif d’article en trois temps : 1) Partie 1 de l’article, 2) partage de commentaires / idées / questions / réflexions des lecteurs et 3) Partie 2 de l’article et partage de mon opinion.

Vous me direz ce que vous pensez de cette approche !  Mon but est de nous permettre, à tous et chacun, de partager sa sagesse, ses connaissances, le fruit de ses expériences et d’apprendre de ces partages, de ces échanges d’idées.

La parole est à vous !

Au plaisir de vous lire,

Jean-Charles

Vidéo sur Les Rencontres du Destin

Inscription au programme 4 clés de François Lemay

Jean-Charles chabot
Me suivre :

Jean-Charles chabot

J'ai fondé l’Institut international d’hypnose spirituelle en 2012, un institut qui couvre tous les volets de l’hypnose spirituelle, soit des :formations, conférences, rencontres individuelles, cabinets publics, ateliers et de la recherche scientifique effectuée en collaboration avec le Dr Mario Beauregard. Nous offrons 2 types de formations, 1) L’hypnose de régression dans les vies antérieures et dans l’entre-vies ainsi que 2) L’hypnose évolutive.
Jean-Charles chabot
Me suivre :

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Showing 2 comments
  • Véronique BONIN
    Répondre

    Ma réponse est loin d’être spontanée, parce que j’ai lu à plusieurs reprises le texte. Mon cerveau m’a ensuite remémorer différentes scènes. Mais ma première réaction est d’être allée voir les réponses qui ont été transmises. Oups Aucunes réponses données. Deuxièment, je suis allée regarder l’heure à laquelle a été posté cet article soit il y a 14 heures en sachant qu’il y a 6 heures de décalage horaire avec la France. Mes réponses :

    Situation a). Je pose des questions à la personne qui parle et profite du temps où elle reprend son souffle pour donner mon point de vue. la phrase que je peux dire « Je te remercie pour ton partage, je vous propose d’écouter ce que j’ai à dire sur le sujet et vous laisse un temps où vous pourrez à votre tour me poser des questions. Ensuite je laisserai la parole à mon voisin (e) »

    Situation b) Je lui dirais ce sujet est intéressant, ou non. Toutefois j’aimerais revenir à la question sur laquelle nous avons été invité à réfléchir. Une fois que tous les membres du groupe auront échangé sur la question initiale, libre à chacuns de parler sur ce qui veut.

    Voilà pour moi.
    Excellente initiative !

  • Katie
    Répondre

    Bonjour!!!!

    J’aime ça qu’on puisse répondre et pouvoir donner notre idée!!!
    Étant étudiante en communication et ayant finis ces 5 dernières années des études en intervention psychosociale, j’ai plus d’un tour dans mon sac.

    Au début, toute les matières rentrait de façon cognitive. Maintenant, sans m’en rendre compte, je les utilise dans mes techniques de communication. Voici donc spontanément ce que je ferais dans la situation A et dans la situation B!!!

    1.Dans le premier groupe, une personne monopolise la parole, s’accapare la plupart du temps alloué pour exprimer son point de vue sans poser de questions aux autres du groupe.

    Ma réponse (A)
    Premièrement par expérience, pour une communication efficace, chacun doit avoir un rôle. Surtout si la discussion est semi-dirigé car cela évite justement ce genre de situation.
    Par exemple, celle qui a invité les gens autour d’une table peut proposer les rôles suivants:
    -Le maître du temps: Celui qui va énoncer le temps qu’il reste pour répondre aux questions donné s’il y a lieu. Celui qui demandera l’avis à tous pour avoir un idée du temps alloué pour la soirée

    -L’animateur ou président de la réunion: est celui qui va justement recadrer la discussion afin qu’elle soit équitable pour tout le monde et que tout le monde est le droit de parole. C’est lui qui dictera et redirigera la discussion. Il peut permettre aussi à ceux qui parle moins de leur permettre d’avoir le droit de parole sans qu’une autre personne prenne toute l’espace. Le maître du temps l’aidera a ce sujet.

    – La secrétaire: Est la personne qui prendra des notes. Elle s’assure que ce qui est dit est indiqué sur papier et fais la suite en envoyant les points importants aux membres du groupe une fois la réunion terminé. Bien sûre, la secrétaire est nommé et ce rôle est là si la discussion a besoin d’être noté!

    BRef, je pourrais vous nommer d’autres rôles mais l’essentiel est la. C’est rôles sont égalitaire aux autres, personne n’est plus haut placé que l’autre. C’Est seulement un code de conduite qui permet a tous de s’Exprimer dans la confiance et dans le respect sans qu’une situation déborde 😉

    Alors, pour ma part, dans une réunion, j’aime bien savoir qu’il y a un animateur et si les rôles n’ont pas été nommé, j’aime bien moi-même investiger le maître du temps ou prendre des notes personnelles que je partagerai aux autres si je le juge nécessaire. Parce que l’initiative est tjrs bien vue! N’est-ce pas?! 😉 Aussi, je le dirais à la personne de facon courtoise, qu’il serait bien de faire parler les autres et a ce moment là, constatant ce fait, je demanderais aux autres si on peut avoir tous le droit de parole en levant la main par exemple, pour permettre d’avoir une discussion plus équitable dans le tour de parole! 😉

    2.Dans le deuxième groupe, une personne ne répond pas à la question proposée dans l’activité mais parle plutôt de choses autres que ce dont vous êtes supposés parler. Une personne qui ne discute pas de la question proposée.

    Ma Réponse (B):
    Recadrer, rediriger. Ce sont des techniques de communication. L’animateur ou celui qui préside, ca fait partie de son rôle! Doucement, avec tact et diplomatie et dans le respect, rediriger la discussion en renommant le point à discuter est important. On peut aussi dire aux autres avec douceur qu’on trouve intéressant les autres discussions mais qu’on est ici pour l’ordre du jour en question de la réunion. On pourrait par exemple inviter les gens à parler des autres sujets après avoir parlé des sujets importants ou simplement organiser une causerie moins informel a un autre moment donné. Bref, c’est bien de souligné la complicité, le plaisir et aussi bien de le redirigé de façon courtoise d’une autre facon 😉

    Voila.. ce sont les actions que je ferais.. et la.. je le dis de facon spontanée sans théorie et autres car tout ca, est bien intégrée dans ma facon de faire!!! 😉

    Au plaisir de lire la suite tout de même.. je suis curieuse!!! Taggue moi! hihi Merci!!!