L’artiste, la mère, la femme s’est gentiment ouverte à nous avec toute sa simplicité et sa vulnérabilité. Il est palpable que le contact avec les gens est primordial pour elle. Lorsqu’elle dépose son regard dans le nôtre, on y voit sa force, sa détermination mais aussi toute sa douceur. 

Passionnée et femme de cœur, Angel Forrest, nous fait vibrer avec son timbre de voix unique lorsqu’elle chante. Présente dans l’univers musical depuis 29 ans, nous avons eu le privilège de la découvrir au travers de ses neuf albums dont son dernier « Angel’s 11 » qui est sorti en mars dernier. Elle a été récipiendaire du « Maple Blues Award » en 2013-2014 et 2015 pour interprète féminine de l’année. Plusieurs ont eu la chance de la voir sur scène dans de nombreux festivals à travers le Canada et l’Europe. D’autres chanceux comme nous, on eu le privilège de la voir en spectacle intime.

Dès le début, Angel se montre dans toute son authenticité. Sa plus jeune de 17 ans a quitté la maison la veille pour la résidence de son école. Ce moment est difficile et la rend émotive.

« J’ai une relation spéciale avec elle, j’ai été longtemps seule avec elle. Elle venait sur la route avec moi dans le temps de Martin Deschamps. Elle m’a sauvé souvent, quand je la regardais, il était impossible de faire quelque chose de mal. Le regard de ma fille m’a donné la force pour poursuivre. »

Qu’est-ce qui t’a amené dans la musique?

Au début c’était une façon de m’exprimer, d’avoir du fun. J’avais de la misère à faire autre chose même si j’ai essayé d’autres jobs. La scène, c’est ma manière de me vider. Ce n’est pas toujours facile mais l’échange avec la foule, c’est ce qui me nourrit. Même si je suis fatiguée après plusieurs jours de show quand j’arrive sur scène, que je vois des personnes qui osent danser, qui laissent aller leurs émotions, l’énergie qui se dégage, c’est juste wow.

Que représente la musique pour toi?

La musique m’a sauvé, m’a permis de m’exprimer et de garder ma santé mentale. C’est mon médicament, ma drogue à moi. Ça m’a justement empêché de tomber dans la drogue ou dans l’excès de nourriture comme plusieurs membres de ma famille. Je ne suis pas connue tant que ça au Québec, je ne joue pas à la radio mais mes salles se remplissent et je vends mes disques lors de mes événements. C’est difficile, mais ma paye, c’est de pouvoir jouer « live » devant les gens, c’est extraordinaire. Et ça c’est magique !

En plus, je partage cela avec l’homme de ma vie, mon Denis. La musique m’aide à être meilleure et de ne pas être fâchée contre la vie. J’ai un travail joyeux et ça me garde un soleil au-dessus de la tête. J’aime faire du bien aux gens à travers ma musique et je suis gâtée d’avoir ce métier où les gens ouvrent leur cœur.

Pour moi, j’ai du succès, j’ai mon homme, mes enfants, ma santé et j’ai des gens qui viennent me voir en show.   Même si je ne suis pas à la télévision ou la radio, j’ai mon succès. Je ne commencerai pas à porter des mini-jupes pour plaire aux autres ! Quand tu es toi-même, c’est là que tu es capable de donner.  Je suis crue, vraie et les gens ont besoin de cela.

Qu’est-ce qui t’inspire quand tu écris tes chansons ?

L’amour, je m’inspire de ma vie et des choses autour de moi, des amis, de la douleur et des actions qui sont faites ensuite. C’est simple, ça vient de mon cœur.

Veux-tu me parler d’un des obstacles auquel tu as fait face durant ta carrière ?

Être anglophone au Québec (pourtant elle parle bien le français), de ne pas être pitoune, de ne pas faire du pop ou des chansons des autres. J’ai voulu rester moi-même et élever mes enfants, alors le chemin a été plus long avant de produire mes propres chansons. Je ne voulais pas sacrifier un ou l’autre. Je sais maintenant que j’ai un respect par mes pairs car je suis restée moi.

As-tu déjà perdu espoir ?

Oui avec mon premier album en français car ce n’était pas moi. J’ai essayé d’être quelqu’un d’autre. On avait traduit mes chansons. J’étais brisée à ce moment-là.  Cet album-là ne me représentait pas et j’ai laissé un autre décider pour moi. L’album suivant  (Here for you) a été mon médicament pour me guérir et retrouver ma force. J’étais moi-même et je me suis dit que plus jamais personne n’allait décider pour moi.

As-tu un conseil pour ceux qui veulent être dans le domaine ?

Ne fais pas ça pour l’argent mais plutôt pour nourrir ton âme. Donne-toi, fais-le avec ta vérité, ton cœur. Le monde sait quand ce n’est pas vrai. Chaque chose que tu fais a un effet et il faut penser à cela.

Il faut prendre les choses qui arrivent et les mettre dans ton cœur pour t’en servir pour redonner aussi aux autres.

Je vous invite fortement à la découvrir et à vous laisser bercer au son du timbre rocailleux de sa voix.
www.angelforrest.ca

Inscription au programme 4 clés de François Lemay

Nathalie Locas

Nathalie Locas

Enseignante Académie Kaizen chez Académie Kaizen
Maman, enseignante de yoga et passionnée de la vie, j’aime partager mes découvertes et mes prises de conscience.Au travers de mes textes, je vous ouvre mon cœur en toute simplicité afin de vous faire connaître mon univers.
Nathalie Locas

Les derniers articles par Nathalie Locas (tout voir)

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.