Natacha Imbeault est copropriétaire et PDG de l’Herbothèque. Au fil du temps, elle a exploré plusieurs chemins et œuvre toujours comme enseignante, auteure, conférencière et thérapeute multidisciplinaire. Mais Natacha, c’est surtout une personne authentique, amoureuse de la vie, une éveilleuse qui amène ceux qu’elle accompagne à se reconnecter à leur essence et à la vie pour qu’ils se manifestent, se réalisent pleinement dans ce qui les fait vibrer, pour que leur vie fasse sens et qu’ils rayonnent.

Natacha, qu’est-ce qÉveiller pour cocréer un monde meilleurui t’a amenée à cocréer ?

À la fin de l’adolescence, j’ai eu une vision d’un monde meilleur et j’ai cherché comment le réaliser. Je suis d’abord devenue éducatrice pour sensibiliser les jeunes et moins jeunes à protéger l’environnement. Frustrée par l’inconscience, j’ai pensé à l’activisme pour finalement décider de ne pas me battre contre ce qui ne fonctionnait plus, mais plutôt de créer et démontrer que l’on pouvait faire les choses autrement.

J’ai donc trouvé ce qui était important pour moi, j’ai choisi ce que je voulais porter et j’ai décidé de le faire. Au cours des trente dernières années, j’ai fait l’école à la maison, je suis devenue thérapeute multidisciplinaire en santé naturelle et énergétique, j’ai soigné ma famille, j’ai enseigné et accompagné les autres en partageant les perles de sagesse et connaissances que j’avais acquises… tout ceci dans l’optique de protéger et faire fleurir la vie. Par exemple, c’est une chose de se soigner avec les plantes, mais si je me soigne avec des plantes qui viennent de l’autre bout du monde, écologiquement parlant, pour moi, ça ne fait pas de sens. Donc c’est apprendre à, oui « manger local », mais aussi à se « soigner local » et œuvrer localement. Alors, nous avons près d’un hectare de jardin de plantes médicinales, des abeilles et des sentiers d’interprétation. Et depuis l’été 2016, des bâtiments écologiques nous permettent de recevoir des groupes sur un haut lieu vibratoire qui est dédié à la guérison et la croissance.

Ainsi, par divers outils et chemins, j’amène les gens à se redécouvrir, à se reconnecter à la nature, à l’abondance, à la beauté de la vie, de leur vie. C’est ça qui me fait vibrer pour cocréer, à ma façon, avec la vie et la nature, un monde meilleur.

Donne-nous un exemple de cocréation qui rayonne.

Je crée d’abord et avant tout avec ce que je suis, ce que je sens juste, ce que je sens être la vie que je dois matérialiser. Ensuite, plein d’acteurs se joignent pour participer à cette matérialisation. À l’Herbothèque, je suis copropriétaire avec mon partenaire de vie, Nicolas, deux de nos filles travaillent pour nous et une autre vient ponctuellement s’occuper des abeilles. C’est donc une cocréation familiale à laquelle viennent se greffer de nombreux collaborateurs. À un niveau plus large, cette cocréation rayonne encore plus à travers tous les étudiants qui appliquent leurs nouvelles connaissances à eux, leur famille, ou leurs clients. Tous ensemble, nous participons à un monde meilleur, naturellement en santé.Éveiller pour cocréer un monde meilleur

Tu parles de cocréation d’un monde meilleur, est-ce que chacun peut faire partie de cette œuvre ?

Oui, définitivement. Une chose que j’ai réalisée dans les dernières années, c’est que l’on a justement besoin de ces semeurs de graines là dans toutes les sphères de la société. Ça ne donne rien que nous devenions tous conférenciers ou herboristes, sinon plus rien ne va fonctionner.
L’important, c’est d’amener la conscience, la lumière partout. Pour cela, il faut parfois se renouveler. Se poser la question : « Comment faire ce que je fais avec plus de présence, de joie, d’amour, de conscience ? »Éveiller pour cocréer un monde meilleur

Car se renouveler ne veut pas toujours dire tout changer. Mais plutôt transformer quelque chose que je fais pour que ça fasse sens. Amener cette attitude, cette vision d’un monde meilleur dans un endroit où c’est peut-être moins présent actuellement.

Oser le faire, oui c’est risqué. Mais c’est risquer le meilleur, comme de découvrir des collègues qui ont les mêmes intérêts et qui n’osent pas en parler parce qu’ils se disent « dans ce milieu-là, il n’y a pas de conscience, c’est complètement fermé ». On est des êtres humains en changement, en transformation, on veut du mieux dans notre vie et on n’est pas seuls. Il y a de plus en plus de gens qui veulent vivre dans un monde meilleur et qui sont à la recherche de ça.

Donc, il faut oser le dire dans tous les milieux, pour que ceux qui portent cette flamme de la cocréation se reconnaissent, se rallient. Je crois que c’est à ce moment-là qu’il y aura un changement majeur dans notre société. C’est beaucoup plus constructif, selon moi, de mettre mon énergie dans le beau et le bon plutôt que de me battre contre quelque chose qui ne fait pas sens, est désuet ou contre nature pour moi.

À t’entendre, tout est possible… dès maintenant…

Oui, je pense sincèrement que tout est réalisable. Il n’y a qu’à voir toutes les choses extraordinaires qui existent déjà sur la planète. Des limites, pour moi, il n’y en a pas vraiment.

Je pense que quand les actions sont arrimées à un ressenti profond, à un besoin de manifester quelque chose d’essentiel, de vital presque, alors, avec la patience du processus, en allant chercher les outils, en respectant certaines étapes, cela naîtra.

Osez créer votre monde meilleur !

Je ne suis pas chanceuse de faire ce que je fais, je l’ai choisi, j’ai osé faire ce qui était requis pour marcher sur mon chemin, un pas à la fois. Je vis quotidiennement dans cette cocréation manifestée. Pour moi, ce monde meilleur existe déjà, aujourd’hui. C’est tellement vrai ! J’ai parfois l’impression de vivre dans un univers parallèle parce que je côtoie des gens extraordinaires qui sont dans la conscience, dans l’ouverture, le respect de la nature, avec un désir profond d’apprendre et d’aller chercher le meilleur. Je suis très reconnaissante de tout ça… mais parallèle ou pas, cet univers existe bel et bien. Plus il y aura d’univers parallèles, plus ça deviendra la normalité. Cocréer, c’est aussi inspirer le changement par l’exemple.

Inscription au programme 4 clés de François Lemay

Nathalie Imbeault

Nathalie Imbeault

Pour en savoir plus sur Natacha Imbeault et l’Herbothèque :

www.herbotheque.com | 819-326-4516
Nathalie Imbeault

Les derniers articles par Nathalie Imbeault (tout voir)

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Showing 2 comments
  • Katie St-Jean
    Répondre

    Avant d’avoir mes 2 merveilleux enfants, j’ai fait beaucoup de cours d’herboresterie au Jardin Botanique de Mtl. Avec votre article, vous venez d’éveillez ma conscience sur ce que je suis en train d’oublier… les plantes, la bonne air frais, la conscience de revenir vers la nature. Merci pour cette étincelle!!! 🙂

    • François Lemay
      Répondre

      Je suis content Katie d’avoir réveiller quelque chose d’endormi qui ne demandais qu’à revoir le jour ! Bravo pour ton ouverture et merci de ton témoignage…. Tu es sur la bonne voie… Crois en toi 🙂