Papa, maman, écoutez-moi quelques minutes !

Voyez-vous, il y a 24 heures dans une journée, et j’en passe 10 à la garderie. Il me reste donc 14 heures à passer avec vous. Ah non ! J’oubliais, j’en ai besoin d’au moins 10 pour dormir la nuit et récupérer des forces !

Il en reste donc 4…

Mais puisque pendant ces 4 heures (2 heures le matin, 2 heures le soir), nous sommes toujours pressés afin que vous ne soyez pas en retard, on peut dire alors qu’il me reste un peu moins de 4 heures par jour à passer avec vous.

Mais, si j’en déduis en plus le temps où je dois me dépêcher à déjeuner, m’habiller, embarquer dans la voiture, faire la route entre la maison et la garderie, souper, aller à mes activités parascolaires, attendre votre retour de vos activités à vous (sport, hobbies), prendre mon bain pour finalement aller dormir et recommencer encore le lendemain…

Papa, maman ? Combien de temps de qualité passons-nous ensemble par semaine ?

J’aimerais ça aujourd’hui, que tu viennes me chercher plus tôt à la garderie. Que demain, tu prennes congé du travail pour passer une journée spéciale avec moi. Qu’à l’heure du coucher, tu me racontes une histoire et qu’en fin de semaine on passe nos journées ensemble ! Parce que tu sais, je l’aime beaucoup mon éducatrice, mais, contrairement à vous, elle, je la vois souvent.

Des fois, je suis tannant à la garderie, ou je pleure parce que je sens un vide dans mon cœur…. vous me manquez.

Signé votre enfant

-Auteur inconnu

P.S: Ce message est pour faire réfléchir autant vous et moi. Se sentir coupable n’arrange pas les choses, mais bien au contraire. Être parent ne vient pas avec un mode d’emploi non plus. Faites de votre mieux, tâchez de vous rappeler vos priorités dans la vie. Et surtout, n’oubliez jamais que vos enfants ont aussi une date d’expiration tout comme vous.

Profitez de chaque moment, du mieux que vous le pouvez et donnez-vous la permission de prendre ce temps précieux. Pensez-y !!


François Lemay

Auteur et enseignant chez Académie Kaizen
Auteur du livre à succès Tout est toujours parfait et Reconnecte avec toi, François Lemay à ce don magique de bien vulgariser les principes de la psychologie de la performance et de la pleine conscience. Par ses conférences et formations, il accompagne les gens dans une meilleure compréhension de qui ils sont vraiment. C'est par l'éveil de conscience qu'il permet au gens de développer une meilleure maîtrise de soi et d'enfin activer leur véritable potentiel.

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Showing 12 comments
  • josée Gramd'Maison
    Répondre

    Je suis educatrice en service de garde scolaires et oui, on doit reflechir à ceci…Mais pour ceux qui auraient tendance à se sentir coupable ….Je vous assure que j aime vraiment et du plus profond de mon coeur vos ti loups qui passent plusieurs heures avec nous………
    On peut etre aimé de plusieurs personnes à la fois et c est ça qui est magnifique ..non?

    • François Lemay
      François Lemay
      Répondre

      Tu as raison Josée. Les éducatrices vous êtes tellement précieuses. Je crois que l’on ne vous le dit pas assez. Merci d’être là !! À votre façon, vous améliorez notre monde.

    • Robert Lalonde
      Répondre

      oui je sait que vous aimer les enfants et votre métier , mais un enfants ce sont ses parent a lui qu’il veut pas de l’amour de son éducatrice , oui cest important que vous les aimiez , , mais lamour des parents c’est juste pas pareil , a 7 mois jétais déja placé parce que mes parents travaillais tous les 2 , a cette époques il ny avais pas de CPE comme aujourd’hui et déja a 10 ans javais fais le tour du quebec parce que je fesais pleins de mauvais coup , ou que j’étais haissable dans lespoir que mes parents allais venir me chercher , ca na servi a rien , et a 10 ans jai eu une clef que jai accrochée a mon cou et je me suis élever tous seul , , jai connue les vol , la drogues , jen suis sortie aujourdhui. Mes 2 parents sont décédé depuis plusieurs année et je n’ai jamais trouvée l’amour depuis ce temps ,tous ceci a briser ma vie , je vais surement continuer de chercher cet amour la encore longtemps . Je le sais etre parents ca vient pas avec un livre d’instruction , mais un enfant veut de l’amour de ses parents et si ceux ci ne sont pas présents l,amor est au compte goute , alors ils se cree un vide impossible a comblée , et ca peut souvent nous suivre toute notre vie …

  • France Girard
    Répondre

    je suis privilégiée d’avoir pu faire le choix de rester à la maison pour prendre soin de mon enfant!Je suis consciente que ce choix n’est pas accessible pour plusieurs qui le voudraient! Moi je lève mon chapeau à toutes ces mères (et/ou père) qui parviennent à combiner vie de famille et emploi ……….. Je sais que les éducatrices en ont plein les bras ,même si elles aiment leur profession…….. et heureusement qu’elles sont là ! Mais moi j’ai pu faire le choix de rester à la maison et c’était un grand privilège que de pouvoir commencer ma journée avec mon garçon et pouvoir lui faire commencer cette journée sans le bousculer car tout doit aller tellement vite quand tu dois conjuguer travail famille…et moi je ne voulais pas ça pour mon enfant!Bien évidant que quand il a grandi ,surement que quelques fois il aurait préféré que je sois une maman qui travaille car ainsi mes yeux et mes interdictions auraient pu laisser libre cours à ses inspirations ! Un jour je lui ai dit ,à ce propos:si je ne t’aimais pas =je te laisserais faire tout ce que tu veux…… mais comme je t’aime ,je te dis non parfois! La vie m’ a fait cadeau que je puisse être avec mon fils 24 hr sur 24 ……… Mais je suis certaine que celles qui n’ont pas cette possibilité apprécie chaque petite minute qu’elles consacre à leurs petits!!!

  • Nicole
    Répondre

    Pardon, la suite:
    L’accomplissement ultime de tout parent.
    Enfin, une remarque sur les « parents » à qui s’adresse ce texte. Il serait hypocrite de laisser croire que pères et mères sont égaux devant la culpabilisation et les injonctions contradictoires liées à éducation des enfants. Ce sont bien les femmes qui portent la majeure partie de la charge morale et pratique de l’éducation. Et ce sont elles qui sont l’objet de cette fausse bienveillance qui vise à les convaincre que leur idéal, quoi qu’elles en disent, est de rester à la maison avec leurs enfants.

    A méditer, j’espère.

  • Maryline
    Répondre

    Je trouve qu’il est difficile de ne pas faire culpabiliser en employant un ton et des arguments pareils. Le présupposé meme est culpabilisant puisqu’il dit que nous ne passons pas assez de temps avec nos enfants chaque jour : la qualité a-t-elle avoir avec la régularité? avec la quantité de temps passé? NON! alors au diable les discours moralisateurs et culpabilisants de ce genre parce que pour un parent avoir ses hobby, avoir un job etc c’est épanouissant et un parent épanoui est un beau modèle pour ses enfants et aussi une compagnie plus agréable. Ensuite toutes ses petites actions quotidiennes peuvent aussi être du temps de qualité… Depuis quand prendre le bain ou s’habiller etc ne peut pas être un moment de qualité? Ce n’est pas une question de temps passé c’est une question de présence, d’intention, de l’énergie avec laquelle nous faisons les choses …

    • François Lemay
      François Lemay
      Répondre

      Je suis totalement d’accord avec tes propos Maryline, c’est une question de présence, d’intention, de l’énergie avec laquelle nous faisons les choses. Et aussi avoir l’esprit en paix de faire de son mieux. Cependant si « ces beaux discours moralisateurs » comme vous dites ne colle pas pour vous, vous pouvez toujours choisir un autre sentiment. À vous le choix.

  • Tania Boucher
    Répondre

    Ça fait tout de même plusieurs années que les gens culpabilisent du peu de temps passé avec leurs enfants. Voyant cela, les professionnels se sont mis à parler de la notion de temps de qualité. C’était pour plusieurs, rassurant, déculpabilisant. Pour d’autres, ça amenait de l’insécurité et de l’anxiété. «Je ne vois pas mes enfants souvent, ouf, je dois passer du temps de qualité. On va en faire des belles choses dans le peu de temps qu’on a» Allant de sorties en sorties pour rendre ce temps de qualité encore plus de qualité. Pensant que c’était ce qu’il y avait de mieux à faire pour déculpabiliser du manque de temps avec leurs enfants. J’en rencontre beaucoup, des parents comme ça. Sans les juger, je crois qu’ils ont perçu la notion de temps de qualité avec leurs yeux d’adulte.

    Prendre le temps de faire la cuisine avec l’enfant pour la préparation du repas, sortir de temps en temps les bulles à souffler à l’heure du bain ou mettre du colorant dans l’eau de bain juste pour voir, si nos cheveux deviendront bleus à l’heure du bain. J’ose croire que tous ces petits gestes ludiques amènent de la qualité dans nos moments quotidiens avec les enfants. Pour faire de ce temps, qui parfois peut nous sembler trop court, un temps où l’on peut être partenaire de leur imaginaire. Ça peut aussi être ça, la qualité: partager leur imaginaire d’enfant.

    Merci pour ce partage, qui certainement, fera grandir beaucoup de familles.

  • Carl
    Répondre

    Une belle mise en perspective. J’aime ce genre de réflexion qui pousse à l’introspection, parce que c’est ce que c’est dans ma « map ». Évidement, tout est relatif à nos valeurs et notre perception et j’aime bien ce qui ressort aussi dans les commentaires. Beau partage team!

  • Chantale
    Répondre

    Je trouve ça triste alors l’an prochain, je donnerai des devoirs du style: préparer une recette avec mon parent, jouer à un jeu de société avec mon parent, écouter une émission de télévision, lire un article de journal…avec un parent. Photo à l’appui et/ou discussion/résumé. Seriez-vous d’accord, chers parents ?

    • François Lemay
      Répondre

      Cela serait tellement une belle manière de faire faire des belles prises de conscience !