Depuis cinq ans, j’ai eu l’occasion de subir de très grosses opérations qui ont nécessité de longues périodes d’hospitalisation et des convalescences interminables. Le temps a eu le droit de s’arrêter. Je n’ai pas eu le choix; je devais cesser d’être dans l’action, dans la performance, dans la compétition envers moi et avec les autres.

Trop de temps, tant de temps, finalement comme un cadeau du ciel. J’ai pris tout ce temps-là pour lâcher prise, pour retrouver quelles étaient mes véritables envies, mes véritables besoins essentiels et surtout pour apprendre à m’aimer, à faire confiance, à m’apaiser. Finalement à réfléchir : En quoi l’impatience alourdit-elle mes crinolines pour m’empêcher de danser librement???

Je n’ai jamais été patiente. J’ai toujours été comme ça! Ce n’est pas à mon âge que je vais changer, c’est certain!  Tu parles d’une croyance limitante, d’une affirmation à l’emporte-pièce! Nous sommes loin d’une approche solution! Ça devient tellement difficile d’entreprendre des actions  pour des changements quand on pense comme cela!

Comment voulez-vous faire des changements de stratégies? Comment faire place à l’amélioration, à l’évolution, à la réalisation de soi et de ses rêves?

L’IMPATIENCE ET L’ENTÊTEMENT NE FORMENT PAS UNE ÉQUIPE TRÈS DYNAMIQUE.

Au contraire, l’impatience nous entraîne dans des sentiers de colère, dans des zones de découragement qui peuvent friser la dépression. C’est comme un manque de respect envers ses ressources et ses capacités. Une forme de violence envers soi. Un manque de confiance en son identité et en ses valeurs. C’est comme ne plus se laisser une chance pour la réalisation d’un rêve, ou pour l’obtention d’une compétence. C’est comme une enfant qui se roule par terre parce qu’elle n’a pas ce qu’elle veut tout de suite au moment où elle le veut.

Cela nous confine dans une dévalorisation systémique, nous maintient dans une procrastination débilitante, nous enlise dans nos peurs de se tromper, de réussir, de grandir!

L’impatience nous conserve dans un état présent inconfortable, une sorte de mal être qui stoppe nos possibilités d’évolution, nous empêche de créer les mouvements et les actions vers un état désiré que nous voulons atteignable, réalisable, profitable, observable!

Je crois qu’il est important de se poser la question : Est-ce l’impatience comme comportement que je veux cultiver et adopter pour le restant de mes jours? Est-ce que je suis consciente que ça nuit à mon évolution? À mes relations avec les autres? Et plus fondamentalement à ma créativité?

Qu’est-ce que cela dénote?

  • Le manque d’estime de soi?
  • Le caprice?
  • La victimisation?
  • Le regret?
  • La paresse?….

ET QU’EST-CE QUE ÇA CHANGERAIT SI J’ÉTAIS PATIENTE?

Nous serions en harmonie avec le processus pour et vers la réalisation de nos objectifs de vie personnels et professionnels.  Nous serions courageuses. Nous serions légères. Le parcours serait aussi valorisant que le but.

COMMENT DEVENIR PATIENTE?

En ayant la foi profonde qu’il est possible de changer! D’évoluer! De se transformer! De faire vivre à l’intérieur de nous de nouveaux comportements, de nouveaux personnages, de mettre en lumière de nouvelles ressources. Croire au travail, aux questionnements, aux réajustements nécessaires, aux changements, aux découvertes, aux erreurs de parcours.

ACCEPTER QUE MON RYTHME NE SOIT PAS LE RYTHME DES AUTRES.

Cesser de me comparer. Mon impatience me vient peut-être de mon rythme intérieur – (Je vous en reparlerai dans mes prochains écrits.) Me réajuster par la cohérence cardiaque, la méditation. Les outils sont nombreux et nous avons tout ce dont nous avons besoin en nous pour faire vivre d’autres aspects de notre personnalité. Commencer par accueillir ce qui se cache dans cette impatience. Découvrir sa source afin de l’alimenter différemment. Se prendre en main comme on prend une enfant pour le guider, l’éduquer, le consoler avec amour et compassion.

Le labeur de la rechercher, le focus me donnent de prendre le temps de tisser une œuvre, un travail, une compétence  et de remplir ma mission parce que cela me donne une identité, me dicte des comportements, élabore des stratégies et suppose un savoir être dans un environnement  précis.  La réalisation de mes rêves et de mes objectifs est possible, chaque chose en son temps.

PATIENCE!

Ne pas déroger de son but, de ses talents et chaque jour poser une geste, aussi minime soit-il, qui me rapproche de ce que je veux et apprendre  à abandonner ce qui ne se peut pas beaucoup et apprivoiser ce qui se peut le plus : la sérénité du parcours.

Les chemins n’empruntent pas toujours les trajets que nous voulons, il est impossible d’avoir le contrôle sur tout. La perfection n’est pas de ce monde, il est important d’être en action tous les jours.

IMPORTANT : TROUVER SA VITESSE DE CROISIÈRE ET NE JAMAIS PERDRE DE VUE LE BUT!


Johanne Fontaine
Suivez-moi!

Johanne Fontaine

Sa lumière, son unicité, sa résilience et son parcours de vie ne laissent personne indifférent. Chaque semaine elle rejoint des milliers de personnes à travers la francophonie auxquelles elle partage avec intensité, humilité et créativité des outils et conseils pour favoriser la réflexion profonde et les prises de conscience favorables au dépassement de soi. Ses enseignements et capsules sont une source de motivation et d’inspiration pour tous.
Johanne Fontaine
Suivez-moi!

Les derniers articles par Johanne Fontaine (tout voir)

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Showing 2 comments
  • Mme Andrée Beaudin
    Répondre

    La patience vient avec le temps, je crois que celle-ci est un trait de caractère de l’enfant qui ne veut et ne peut plus attendre…Je crois aussi que la patience est difficile à travailler et ca prend beaucoup de courage pour choisir de l’être. Je n’ai pas eu le choix pour ma part de le devenir…pour continuer à grandir, à m’aimer et à me choisir…Par conte la patience n’est pas toujours là…mais à force d’accepter la situation j’y parviens un jour à la fois….J’aimerais devenir conférencière….Mais je ne peut pas avant quatre ans….car j’ai un autre travail….JE ME DOIS D’ETRE PATIENTE….on se fait un CADEAU en devenant patient…..au plaisir la patience…..

  • Lise
    Répondre

    Merci pour ton beau message d’espoir pour moi . Une journée à la fois . Je suis de plus en plus consciente de mon malaise. Tout tout de suite …. comme un enfant ?