VOICI LE DÉBUT D’UNE SÉRIE DE TROIS ARTICLES SUR LA VISUALISATION ET SON POUVOIR SCIENTIFIQUE.

Nous avons presque tous entendu parler du fameux « pouvoir du subconscient », de l’auto-hypnose et de l’imagerie mentale, mais dans les faits, que nous est-il réellement possible d’accomplir ? Qu’est-ce qui relève du possible, et qu’est-ce qui relève de l’impossible ?

Ce billet de blogue a pour objectif de repousser nos limites et de remettre en question certaines de nos croyances quant à ce qui est « impossible ». Je vais partager ce que certaines recherches récentes, pour le moins impressionnantes, démontrent du pouvoir de l’auto-hypnose et de l’imagerie mentale dans un objectif de performance et de développement d’habiletés.

Auto-hypnose, visualisation et imagerie mentale – Quelles sont les différences ?

Commençons par distinguer ces termes qui sont souvent utilisés de façon interchangeable selon différents auteurs. J’utilise personnellement les termes « visualisation » et « imagerie mentale » comme synonymes, tout en étant conscient que certains y feront une distinction. Je les définis globalement comme l’acte d’imaginer divers scénarios avec le plus de sous-modalités possible (sensations, émotions, images, sons, odeurs, goût, toucher) dans le but d’atteindre un objectif thérapeutique ou développemental. L’autohypnose, quant à elle, peut inclure l’imagerie mentale comme technique, mais englobe également d’autres processus de communication avec le subconscient qui n’impliquent pas nécessairement l’imagerie mentale, comme les affirmations positives ou certaines suggestions ou instructions que l’on donne au subconscient.

L’imagerie mentale utilisée en combinaison avec un état hypnotique serait d’ailleurs plus efficace grâce à une caractéristique de l’état hypnotique qui est la réceptivité et l’implication accrue du subconscient dans le processus. Il n’en reste pas moins que le pouvoir de l’imagerie mentale, comme vous allez bientôt le constater, est tout à fait… hallucinant !

S’entraîner… dans notre tête !

L’exemple qui suit est une bonne démonstration du principe que le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est imaginé et la réalité. C’est d’ailleurs ce qui fait que lorsqu’on va voir un film, on peut rire aux éclats en regardant quelque chose de drôle ou sursauter en criant dans un film d’horreur. Logiquement, nous ne faisons que regarder des images sur un écran avec du son, mais notre cerveau réagit en partie comme si c’était vrai, créant des émotions et relâchant des hormones dans notre corps. Mais qu’arrive-t-il quand on utilise l’autohypnose ou l’imagerie mentale pour développer ses capacités ?

Guang Yue, un psychologue sportif de l’université du Cleveland Clinic Foundation en Ohio, a effectué une recherche en comparant un groupe A qui s’entraînait dans un gym en effectuant des flexions de leurs biceps, versus un groupe B qui s’entraînait seulement en imaginant effectuer l’action dans leur tête, le plus intensément possible, 5 jours par semaine, sans même bouger leur bras. Les chercheurs se sont assurés que les participants du groupe B ne tendaient pas leurs muscles lors de l’imagination ou n’effectuaient pas d’autres exercices de biceps. La recherche a rapporté une amélioration de 13.5 % de masse musculaire et de force chez ceux qui faisaient seulement imaginer le mouvement à l’intérieur de leur esprit, comparé à 30 % chez ceux qui allaient concrètement au gym. En 1997, le Dr. David Smith, du Chester College, a également obtenu des résultats similaires. Les participants qui allaient au gym développaient 30 % d’amélioration dans la force, alors que ceux qui faisaient seulement imaginer performer l’action ont eu une amélioration de 16 %.

Une autre recherche du Dr. Guang Yue et Kelly Cole avec les muscles des doigts a aussi rapporté les mêmes résultats. Chaque groupe devait exercer les muscles d’un doigt, du lundi au vendredi, pendant quatre semaines. Les membres du groupe A effectuaient 15 contractions maximales avec 20 secondes de repos entre chacune d’elle, tandis que le groupe B visualisait simplement le même exercice, imaginant également une voix qui leur disait: « Plus fort ! Encore plus fort ! » À la fin de cette recherche, ceux qui exerçaient physiquement les contractions ont démontré une amélioration de 30 %, pour 22 % d’amélioration cette fois chez les « visualisateurs ».

Incroyable, n’est-ce pas ?

Mais pourquoi est-ce que cela fonctionne ?

Aussi incroyable que cela puisse nous sembler, du point de vue des neurosciences, c’est tout simplement ainsi que fonctionne l’être humain. Par exemple, lorsque nous fermons les yeux et que nous visualisons un objet, comme la lettre « a », l’aire du cortex visuel primaire s’allume comme si nous étions réellement en train de voir la lettre « a ». Des recherches avec l’utilisation du EMG (électromyographe), notamment lors d’une recherche sur des skieurs professionnels qui étaient branchés alors qu’ils s’imaginaient en action, a également démontré que le simple fait de penser et de s’imaginer en train d’effectuer une action envoie un courant électrique partant des neurones moteurs vers les muscles en lien avec ces actions.

Il en est de même avec les recherches avec le EEG (électroencéphalographe), qui démontrent que l’activité électrique produite par le cerveau est identique selon que nous pensions à faire quelque chose, ou que nous l’exécutions vraiment.

Pour la seconde partie, cliquez ici


Jean-Charles chabot
Me suivre :

Jean-Charles chabot

J'ai fondé l’Institut international d’hypnose spirituelle en 2012, un institut qui couvre tous les volets de l’hypnose spirituelle, soit des :formations, conférences, rencontres individuelles, cabinets publics, ateliers et de la recherche scientifique effectuée en collaboration avec le Dr Mario Beauregard. Nous offrons 2 types de formations, 1) L’hypnose de régression dans les vies antérieures et dans l’entre-vies ainsi que 2) L’hypnose évolutive.
Jean-Charles chabot
Me suivre :

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Comments
  • Jeanne
    Répondre

    bonjour!
    J,ai adoré………merci du rappel!
    mais
    quand j,ai voulu lire la 2ième partie : cliquez ici
    ça ne s’ouvre pas…………
    vous pouvez l,envoyer? peut-^tre que je ne suis pas la seule!
    Merci et belle journée
    Jeanne