Adolescence et découverte de la pensée positive

Qui n’a pas dans son entourage une connaissance au tempérament excessif ? Le style d’individu débarquant avec le plus récent livre de croissance personnelle, prêt à convaincre le voisinage de sa théorie. Le type ayant besoin de prouver qu’il possède la vérité et dont la conviction irait jusqu’à vendre un congélateur aux Esquimaux ? J’ai côtoyé une personne du genre pendant de longues années : moi.

Oui, ma présence devenait parfois irritante (pour les autres et pour moi-même) tellement ma quête était intense…

Je crois que mon comportement découlait d’une expérience vécue à l’adolescence. En effet, à l’âge de 15 ans, j’ai participé à un séminaire sur la pensée positive. Je me souviens que les participants apprenaient à penser et à parler au positif, dans une rééducation de l’esprit.

J’aimais la valorisation et le sentiment de puissance que me procuraient ces rencontres. À tel point que ma tête adhéra à l’idéologie du tout est possible. L’adolescence étant propice à une nouvelle identité, je devins Mademoiselle Tout-va-bien.  Dès lors, je répondis toujours avec un sourire décisif et inconditionnel à la fameuse question : « Comment ça va ? »

À l’âge adulte…

Devenir adulte, voler de ses propres ailes, quelle période charnière de la vie ! Les choses ne se passent pas nécessairement comme on le voudrait. Dans mon cas, ce fut une transition difficile. J’avais beau voir grand, me répéter les phrases apprises dans mes cours, rien n’empêchait le vide à l’intérieur de moi. Incapable de suivre un parcours conventionnel, j’abandonnai l’université. Je flottais dans l’indécision et le manque d’assurance. Pourquoi la tristesse grandissait-elle en mon cœur ? Comment stopper cette impression de perte de contrôle sur ma propre existence ? Mes notions de positivisme ne semblaient pas suffire à mon bien-être.

Il y a une différence entre se nourrir soi-même et être gavé. Dans les deux cas, on est rassasié, mais que dire de la démarche ? Jusqu’à la mi-trentaine, je me suis littéralement bourrée de positivisme. Conditionnement, autosuggestion, visualisation, un véritable gavage de théories et de concepts.

Doutant de la bonté de l’Univers à mon égard, j’aspirais tout de même à la plénitude décrite dans les livres. Malgré ma détermination, les manifestations n’étaient pas concluantes. Ça ne marchait pas ! Je ne me sentais pas heureuse-épanouie-capable-de-déplacer-les-montagnes… Deux hypothèses : soit que je m’y prenais mal, soit j’étais victime d’une arnaque.

la pensée positive

J’ai flirté avec la pensée positive comme on joue au casino. Les dés ne roulaient pas en ma faveur ? Je m’en plaignais : « La vie est injuste… » J’abordais la pensée positive comme un coup de baguette magique, capable de m’obtenir ce que je voulais. Et d’une déception à l’autre, je clamais : « C’est toujours les autres qui ont tout ! »

J’ai vu la pensée positive comme une bouée de sauvetage qui ferait disparaître tous mes problèmes. Erreur ! La pensée positive n’est pas une méthode infaillible, elle est une façon de voir les choses. Il s’agit simplement d’une perception constructive des événements et des situations. Par exemple : opter pour la compassion plutôt que pour le mépris, faire confiance même quand le destin semble sombre, croire que je suis faite pour l’abondance, savoir que dans la souffrance se cache parfois une bénédiction. Depuis que j’ai saisi cette nuance, ma poursuite du bonheur a fait place à une forme de bien-être.

Et quand je lis un bouquin de croissance personnelle ou que j’assiste à une conférence d’un motivateur, ce n’est pas pour me conditionner ou pour obtenir quoi que ce soit. C’est simplement pour me rappeler tout ce que j’ai et tout ce que je suis DÉJÀ !

Inscription au programme 4 clés de François Lemay

Me suivre:

Marie-Josée Arel

Je suis passionnée de spiritualité depuis mon adolescence et j’en ai fait ma mission. Je souhaite faciliter la quête de sens et nourrir la vie spirituelle des personnes, dans un espace d’échange ouvert et exempt de dogmes. Je désire ainsi offrir des repères pour une spiritualité terre-à-terre et contemporaine, pour une meilleure relation avec soi-même et avec les autres. Je veux toucher le cœur des gens et ouvrir leur conscience à plus grand.
Me suivre:

Les derniers articles par Marie-Josée Arel (tout voir)

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.