« Que s’est-il passé ? » En rentrant à la maison, je trouve mon amoureux pâle et vraisemblablement épuisé. Ma belle-mère, infirmière de métier, explique : « Il transplantait un arbre et subitement, il s’est senti faible. Il croit que c’est un coup de chaleur, ou encore qu’il n’a pas assez mangé, mais j’ai pris sa pression et quelque chose ne tourne pas rond. Son cœur battait d’une façon anormale. »

Il s’exclama : « Arrêtez de vous inquiéter, ça va mieux maintenant ! » Une alarme a retenti au fond de moi. Je me suis sentie poussée à prendre un rendez-vous en médecine privée, histoire de ne pas attendre des mois.

Le médecin l’a référé au cardiologue. Deux semaines plus tard, dès qu’il eut mis les pieds sur le tapis roulant, le diagnostic est tombé : syndrome du Wolff-Parkinson-White. En gros, un branchement inhabituel dans son appareil cardiaque causait des courts-circuits, ce qui expliquait les palpitations excessives. Un trouble de naissance qui ne s’était jamais révélé auparavant. « Vous pouvez vivre longtemps sans aucun problème tout comme vous pouvez en mourir pendant votre sommeil. Il faut vous opérer. » conclut le spécialiste. Ces paroles résonnaient lourdement en moi. Avec une telle épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, comment ne pas céder à l’angoisse ?

S’HARMONISER AUX ÉVÉNEMENTS

J’ai décidé de me ranger du côté de la confiance. Nous avions un fils de douze mois et l’avenir devant nous. « Chéri, tu as vécu trente-six ans en pleine santé, ce n’est pas aujourd’hui que ça va arrêter ! Dieu va continuer à prendre soin de nous. » lui dis-je avec assurance. Quatre mois passèrent ainsi. Mis au rancart sur une liste d’attente, nous attendions impatiemment l’appel de l’hôpital. Dans la même période, ma belle-mère traversa aussi une grande épreuve : le décès de sa sœur. Au lendemain de la triste nouvelle, je me suis tournée vers la défunte en lui demandant de veiller sur nous. Je lui confiai le dossier santé de mon homme afin qu’il soit opéré bientôt. Quelques heures après ma prière, je reçus un coup de fil déroutant.

Mon conjoint se trouvait à l’urgence parce qu’il avait eu un autre épisode cardiaque. Pas exactement le genre de réponse que j’avais imaginée ! Après une analyse approfondie, les cardiologues ont réitéré pour son opération. Cet événement, à prime abord inquiétant, tournait à notre avantage. Huit semaines plus tard, l’intervention avait lieu. En l’espace de quelques heures, les chirurgiens lui ont redonné un nouveau souffle. Depuis, il se sent plus en forme que jamais. Merveilleuse science qui fait des miracles ! Mais était-ce seulement la médecine ?

LA PRIÈRE COMME THÉRAPIE

Au cours de l’opération, je me suis réfugiée à la chapelle de l’hôpital. J’ai à nouveau invoqué Dieu et le Ciel en entier. Apparemment, croire en l’au-delà est une béquille psychologique pour ceux et celles qui ne sont pas assez solides mentalement. Bien que je respecte cette théorie, je ne la comprends pas et je n’y adhère pas. Chaque fois que je me sens impuissante, prier m’apporte une paix et une force indescriptibles. Comme si je puisais dans mon propre pouvoir intérieur, en ce lieu où je sais que l’Univers est de mon côté. Oui, beaucoup d’intervenants ont permis à mon amoureux de retrouver une pleine santé et qu’ils soient de là-haut ou d’ici-bas, je leur en serai toujours reconnaissante !

Caspule-réflexion : Si tout semble échapper à votre contrôle, faites une pause. Cette situation requiert que vous lisiez entre les lignes. Que vous suggère votre intuition ? Plus que jamais, écoutez la voix de votre cœur et restez-lui fidèle. Votre sagesse intérieure est appelée à grandir afin de prendre une place plus importante en vous.

Inscription au programme 4 clés de François Lemay

Me suivre:

Marie-Josée Arel

Je suis passionnée de spiritualité depuis mon adolescence et j’en ai fait ma mission. Je souhaite faciliter la quête de sens et nourrir la vie spirituelle des personnes, dans un espace d’échange ouvert et exempt de dogmes. Je désire ainsi offrir des repères pour une spiritualité terre-à-terre et contemporaine, pour une meilleure relation avec soi-même et avec les autres. Je veux toucher le cœur des gens et ouvrir leur conscience à plus grand.
Me suivre:

Les derniers articles par Marie-Josée Arel (tout voir)

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Showing 2 comments
  • Diane
    Répondre

    Je crois en quelque chose ou quelqu’un bien plus grand que nous et je puise en cette force à l’intérieur de moi, c’est comme un ami qui m’accompagne et qui m’est fidèle.

    • François Lemay
      Répondre

      Ah mais c’est super cette croyance Diane.. Bravo, tu as tellement raison.. Le grand plan existe et nous en faisons tous parti.. Bravo pour cette foi incommensurable… 🙂