Nous sommes tous humains…. Il y a nos forces, nos faiblesses et nos différents degrés de conscience.

Est-ce que je m’offre à l’autre ? Est-ce que je ne fais que le posséder, l’utiliser pour mon bien-être ?

Est-ce que j’ai suffisamment d’amour pour l’autre devant moi, pour ne vouloir que son bien-être, sa santé au-delà de mon petit moi, de mes petits besoins, mes états d’âmes, mes petits bonheurs ?

Au fait !!! Suis-je un minimum conscient que l’autre existe aussi et qu’il doit se tourner vers lui et livrer parfois ses propres batailles ?

Son visage remonte régulièrement à mon esprit… sans raisons apparentes…. Mais, en cette période, ça s’intensifie…. Je suis dans un Relais pour la vie et c’est en ce moment, l’ouverture de la marche des survivants…

Je ferme les yeux quelques instants et je le vois… il fait partie de ceux qui ont touchés mon cœur et mon âme…

J’aurais tellement aimé le voir faire ce premier tour de piste !!  Je l’imagine porter fièrement le chandail jaune des survivants, et je m’imagine l’applaudir… !!!  …. Mais ce n’est pas le cas.  Il brille de son absence… À la brunante, j’allumerai un luminaire en sa mémoire…

Toute la soirée, il habite mes pensées… il est présent…  Je pense qu’il souhaite que je fasse quelque chose ou une énergie plus grande que lui et que moi le souhaite.. J’y suis, je vais partager son histoire…

Son histoire…

Cette semaine-là, lorsque je sortais pour mon heure de lunch, il y avait ce grand gaillard de plus de 6 pieds, cinquantaine avancée, en train de faire les 100 pas devant notre établissement… Mais bon, c’est le centre ville de Saint-Jérôme, ce n’est pas étonnant d’y voir une personne !

Après une longue semaine, un vendredi, il semblerait qu’il ait pris son courage à deux mains et il est entré pour demander de l’aide… J’étais sur le point d’aller dîner… mais j’ai senti que je devais le recevoir… C’était maintenant ou jamais… J’ai mis mon estomac sur pause et je l’ai pris en consultation privée, dans ma petite salle.

Ce n’est tellement pas fréquent qu’un homme vienne demander à l’aide…Nos hommes ne demandent pas et préfèrent subir seul  !!!

J’ai passé plus de deux heures avec lui… il avait besoin d’y voir plus clair… Assoiffé d’une écoute, d’un regard, d’une main tendue…. Un grand besoin de ventiler…

Il m’avoue avoir eu énormément de difficulté à franchir le porche…   C’est un homme, ce n’est pas dans ses habitudes de devoir demander… Il gère tout et tout seul… Il est fort… c’est lui le pilier de la famille… C’est lui qui a toujours vu à tout….

Ses enfants sont grands et n’habitent plus la demeure familiale. Sa femme, est plus jeune que lui. Une quinzaine d’années les séparent en âge…

Il me raconte son histoire. Il y a 10 ans, il recevait un diagnostic de cancer du rein. On lui a retiré le rein atteint par chirurgie… Ensuite est arrivé le protocole de chimiothérapie qui lui a sauvé la vie, ainsi que la médication pour quelque temps.

Elle aimait l’été…

Il m’explique que cette période a été extrêmement difficile pour son couple. Sa jeune femme aimant la vie, elle veut bouger et elle carbure aux activités sportives (moto, 4 roues, bateau). Elle supportait mal le fait qu’il soit malade, diminué et affaibli par la chimio, lui laissant peu d’énergie pour ouvrir le chalet d’été ou préparer les activités estivales.

Il aime sa femme, éperdument…C’est son soleil…Sa joie de vivre, elle représente tout pour lui…

Il m’explique tout ça la gorge nouée par l’émotion. Il ne veut pas la décevoir à nouveau. Il ne veut pas revivre cette période considérée comme un enfer pour son couple, il est dans la peur de la perdre à jamais.

Un nouveau cancer a fait irruption sur le seul rein lui restant. On lui propose un nouveau protocole de chimio et de la médication… Mais, cela nécessite qu’il passera l’été couché, peut-être le début de l’automne ! Abattu, incapable de maintenir la cadence et le rythme des activités familiales… totalement impuissant…

A l’écoute de son histoire, j’ai moi-même les yeux qui flirtent avec l’océan… Je ne comprends tellement mais tellement pas… Mais, je ne suis pas là ni pour comprendre ni pour juger ni pour réagir émotionnellement. Je suis là pour apaiser, réconforter, évaluer ses besoins et référer à mon client toutes les ressources possibles pour qu’il ait une meilleure qualité de vie restante… ou, selon sa demande, le chemin vers lequel il marche par refus de traitement le moins cahoteux et souffrant possible. Je dois lui trouver de bons soins palliatifs.

Il a peur de mourir mais sa peur de perdre sa bien-aimée est plus grande… Il est catégorique même si je soulève certains points de réflexion…  Je dois donc le diriger le plus efficacement possible, sur la route du paradis… Il ne veut pas suivre le protocole de chimio proposé. Il préfère de loin rester le plus longtemps possible en forme et actif pour être à la hauteur des attentes de celle à qui il a remis son cœur… elle aime l’été et lui, tout ce qu’il veut, c’est la voir heureuse en lui faisant passer un bel été.

Je suis vraiment remplie d’incompréhension…C’est une terrible bataille interne pour moi de rester sereine, calme, dans l’écoute et surtout dans le respect de la décision de mon client…Mais je suis humaine et intérieurement, je bouille et je me surprends moi-même à détester cette femme que je ne connais même pas…

La bonté émane des yeux de ce grand gaillard… J’aimerais le prendre dans mes bras et le bercer… lui offrir du réconfort pour compenser… la présence et le réconfort que sa bien-aimée ne semble pas lui offrir…. Mais je réalise que je suis dans le jugement…

Je fais mon travail et je le ressource… Cancer j’Écoute, Soins palliatifs, ancien collègue de travail en milieu hospitalier technicien de vie spirituelle et communautaire pour les grandes questions de fin de vie… et je réussis à le convaincre d’intégrer un groupe de visualisation.

Je l’ai vu durant huit semaines consécutives pour la visualisation.   Nos ateliers lui faisaient du bien….  Ils apaisaient son anxiété face à la mort qui approchait et l’aidait à gérer son stress en lui fournissant des outils et techniques de respiration pour se créer des moments de calme, de détente, de paix intérieure pour tout le tiraillement qu’il vivait.

Au dernier atelier, il m’a fait demander afin que je me joigne aux participants pour le dernier partage….

C’est que je les aime moi mes clients(es) et ils/elles me le rendent bien… Chacun a voulu livrer un petit témoignage de leur expérimentation en visualisation…

Quand fut venu pour lui le moment pour lui de prendre la parole, il tenait à partager sur notre rencontre… Il voulait m’exprimer toute sa gratitude pour l’avoir ‘’coaché’’. Il déclencha chez moi d’emblée un flot de larmes quand il exprima de comment cette journée là, il s’était sentie accueilli par un « ange » !

Après l’atelier, ce fut la dernière fois que je l’ai vu conscient et animé. J’ai eu la chance de recevoir alors un gigantesque câlin d’un gigantesque gaillard….

Je lui ai tenu la main…

J’ai appris, quelques mois plus tard, qu’il était entré en maison de soins palliatifs. Après mes heures de travail, j’ai pris un temps pour aller le visiter.

Il était seul… seul et inconscient… J’ai trouvé bien triste le fait de constater qu’il soit seul…  Madame devait être bien occupée !! Je lui ai tenue la main quelque temps… J’ai perdu la notion du temps… j’ai laissé mon âme parler à la sienne dans le silence… Je crois qu’il n’a jamais su que j’étais passée…

Ça fait un peu plus d’un an que ce grand gaillard de plus de 6 pieds, aux yeux pleins de bonté, est décédé…. Je pense à lui depuis le début de mes relais… ou c’est lui qui pense à moi… Je ne saurais vous dire, laquelle des deux options est la bonne.

Une chose est certaine… malgré le temps qui passe, malgré que je sache que ce n’est pas vraiment bien, qu’avec tout le travail que je fais sur ma personnalité, sur mon ego, bien je vous avoue que je suis toujours incapable d’avoir de bons sentiments nobles pour une certaine femme que je ne connais toujours pas… Une femme qui a préféré le voir s’éteindre dans la souffrance et sans protocole de chimiothérapie pour pouvoir passer un plus bel été…pour pouvoir s’amuser et faire la fête…

Que se passe t-il donc dans le cœur d’une personne pour ne plus reconnaître l’amour que nous devrions nécessairement offrir à l’autre qui partage notre vie ?

C’est beau l’amour, quand l’amour est dans l’effacement et le dépassement de son soi personnel pour soutenir l’autre, continuer à aimer l’autre, même quand cela signifie que l’autre est malade. L’amour est patient, l’amour est bon. L’amour ne fait rien de honteux. Il n’est pas égoïste, il ne s’irrite pas. L’amour permet de tout supporter.

Avec mon coeur…

Je souhaite de tout mon cœur que cette histoire saura vous toucher… Qu’elle vous amènera dans un espace de réflexion, pour vous faire vous questionner sur la qualité de présence que vous offrez à l’autre, qu’il soit mari, enfant, membre de la famille, ami, collègue ou client…

Ce texte aura-t-il un impact ? Aura-t-il le pouvoir de changer en vous certains automatismes inconscients ? Bref, si par mon partage j’arrive à faire réfléchir, ne serait-ce qu’une seule personne sur sa qualité de présence face à l’autre, j’en serai très heureuse…

Moi, cette expérience vécue, bien… elle m’a permis de me regarder le petit nombril… de devenir témoin de mes propres agissements relationnels…et de prendre encore plus conscience des autres face à moi…

Je crois qu’on est vivant pour incarner l’amour… On est vivant pour devenir la plus belle version de la plus grande version de qui nous sommes en réalité. Tout le reste important peu…

Ce  »reste » cherche à nous agripper, nous retenir et nous faire penser que c’est important, mais tout cela n’importe que très peu.

Soyons le changement, vous et moi en incarnant l’amour… que l’amour… l’amour pour soi certes, mais l’amour de l’autre aussi…Car l’autre, c’est moi !  Nous sommes UN !

Inscription au programme 4 clés de François Lemay

Natalie Côté
Me suivre:

Natalie Côté

Travailleuse autonome, infirmière auxiliaire et fière d’avoir depuis quelques mois rejoint les rangs de la formidable équipe d’Happy Productions, je suis une maman de 4 enfants mais surtout une fille bien simple, ayant du vécu et une certaine expertise en relation aidante pour avoir travaillé auprès de milliers de personnes atteintes de cancer et pour continuer toujours d’accompagner des personnes lors de différentes transitions, également en fin de vie.
Natalie Côté
Me suivre:

Les derniers articles par Natalie Côté (tout voir)

Découvrez d'autres articles

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.